Lire nos articles en différentes langues ici

 

La FAO demande plus d'investissements pour faire face à la recrudescence de la faim

« L'aide humanitaire doit être associée aux initiatives en faveur du développement en vue de tracer la voie vers l'objectif visant à éradiquer la faim d'ici 2030 », souligne Jose Graziano da Silva, le DG de la FAO. (Crédits : Reuters)

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture a lancé un appel pour plus d'investissements dans la lutte contre la faim qui regagne du terrain après près de 10 ans de recul. L'institution onusienne évalue le nombre des personnes souffrant de la faim à 815 millions dans le monde.

Le nombre des personnes souffrant de la faim dans le monde a recommencé à augmenter et a atteint les 815 millions après avoir régressé lors de la dernière décennie. L'alerte vient de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui a lancé un appel ce lundi 5 décembre pour plus de mobilisation financière dans la lutte contre la faim. Il s'agit pour l'institution, d'une action urgente afin qu'elle puisse faire face aux nouveaux défis dans ce sens.

« La récente hausse du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde requiert une action immédiate afin d'inverser la situation », a déclaré le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, DG de la FAO, s'exprimant devant les membres du Conseil de l'organisation réunis à Rome.

Le responsable a aussi relevé un paradoxe expliquant que face à la montée de l'obésité et du surpoids autant dans les pays développés que ceux en développement, les systèmes alimentaires ont généré des coûts supplémentaires. Rappelant l'objectif visant à éradiquer la faim d'ici 2030, da Silva a indiqué que cela implique « donc de nouveaux investissements, plus d'investissements, de la part du secteur public et privé ».

Pour Jose Graziano da Silva, la chose la plus importante à faire ''maintenant'' est de renforcer la résilience des personnes pauvres afin de faire face aux impacts des conflits et du changement climatique. Il faudra aussi s'assurer que « l'aide humanitaire soit associée aux initiatives en faveur du développement en vue de tracer la voie vers l'objectif visant à éradiquer la faim d'ici 2030 », a-t-il indiqué.

L'agriculture pour venir à bout de la faim en 2030

Pour venir à bout de cette famine qui sévit dans le monde, la FAO recommande aux Etats de s'orienter vers des pratiques agricoles durables qui associent en même temps production alimentaire, services éco-systémiques et résilience face au changement climatique. « La concrétisation du Programme 2030 est absolument tributaire des progrès accomplis en milieu rural, où se concentrent la plupart des personnes souffrant de la pauvreté et de la faim », estime l'institution dans un rapport publié en septembre dernier à son siège à Rome.

Elle organisera en ce sens l'année prochaine, un symposium international de haut niveau sur l'agro-écologie, un autre sur les systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial et un troisième sur l'innovation au service des petits exploitants agricoles et des agriculteurs familiaux qui est en préparation. La FAO envisage de lancer lors de ces rencontres, une Plateforme internationale pour la biodiversité. « Plusieurs opportunités qui permettront de remettre la lutte contre la faim sur la bonne voie se présenteront dès le début de l'année 2018 lors du Sommet de l'Union Africaine en Ethiopie et lors des conférences régionales de la FAO, dont la première se tiendra au Soudan », précise José Graziano da Silva.

La Tribune Afrique 

Journal Ukuri- vol.97