Lire nos articles en différentes langues ici

 

Sciences et technologies : La Cea veut faire des villes africaines de vrais hubs de l’innovation

Sciences et technologies : La Cea veut faire des villes africaines de vrais hubs de l’innovation

Faire des villes africaines de vrais hubs de l’innovation, c’est ce que veut la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (Cea). En tout cas, c’est ce qu’a déclaré, le 28 novembre 2017, Kasirim Nwuke, chef de la Section des nouvelles technologies et de l’innovation de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique. La Cea organise, à Dakar, en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, la quatrième édition du Dialogue d’experts de haut niveau sur la science, la technologie et l’innovation et du Programme de transformation de l’Afrique. Le thème retenu pour cette édition est : « Enseignement supérieur, Sciences, technologie et innovation dans l’Agenda d’intégration et de développement de l’Afrique ».
Selon Kasirim Nwuke, il y a un lien fort entre l’enseignement supérieur et la science, la technologie et l’innovation. « Il faut faire des villes de vrais hubs de l’innovation. Ce qui nous permettra de faire de grandes avancées et ainsi respecter les Objectifs de développement durable et l’Agence 2063 de l’Union africaine », a-t-il avancé, soulignant qu’« il faut aussi agir collectivement et individuellement dans la science et la technologie pour l’atteinte des Odd et l’agenda 2063 ».

Pour le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le Pr Mary Teuw Niane, l’absence de maîtrise des technologies de base et des technologies avancées, l’absence d’innovation, un insuffisant infléchissement des politiques de formation vers les Stem enlèvent toute possibilité aux pays africains de participer, avec des chances de succès, à la compétition internationale autour de l’économie du savoir. « Toutes nos forces doivent être mobilisées dans cette perspective. Les pays développés se mettent ensemble pour le développement de hautes technologies. Dans le cadre de l’intégration régionale et africaine, nos gouvernements doivent travailler à mettre en place des infrastructures de recherche régionales et africaines pour mutualiser les ressources financières et humaines », a-t-il déclaré.

Oumar NDIAYE | Le Soleil

Journal Ukuri- vol.97