Lire nos articles en différentes langues ici

 

L'OMS annule la nomination du président Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté

Le système de santé du Zimbabwe, le pays que préside Mugabe depuis 37 ans, est fortement pointé du doigt par les ONG, experts et militants des droits humains qui avancent que la plupart des hôpitaux manquent de médicaments et d'équipements et le personnel médical est régulièrement laissé sans salaires.

Il aura fallu moins d’une semaine pour quedros Adhanom Ghebreyesus, patron de l’OMS, cède face aux critiques sur son choix de nommer, Robert Mugabe, président du Zimbabwe, comme ambassadeur de bonne volonté de l’agence. Ghebreyesus vient ainsi d’annoncer l’annulation de cette nomination.

La nomination par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) du président du Zimbabwe, Robert Mugabe, en tant qu'ambassadeur de bonne volonté pour les maladies non transmissibles, n'aura pas fait long feu. Face aux critiques croissantes, Tedros Adhanom Ghebreyesus, patron de l'OMS vient d'annoncer «l'annulation» de cette nomination.

Une nomination qui aura duré six jours

«Au cours des derniers jours, j'ai réfléchi à ma nomination du Président Robert Mugabe en qualité d'ambassadeur de bonne volonté de l'OMS pour les maladies non transmissibles en Afrique. En conséquence, j'ai décidé d'annuler le rendez-vous. J'ai écouté attentivement tous ceux qui ont exprimé leurs préoccupations et entendu les différentes questions qu'ils ont soulevées. J'ai également consulté le gouvernement du Zimbabwe et nous avons conclu que cette décision est dans l'intérêt de l'Organisation mondiale de la santé», précise le patron de l'OMS dans un communiqué.

Ghebreyesus a dû faire face à des critiques de plusieurs pays, suite à l'annonce de la nomination de Mugabe, en tant qu'ambassadeur de l'OMS, le 11 octobre dernier en marge d'une réunion de haut niveau sur les maladies non transmissibles en Uruguay.  La Grande-Bretagne a ainsi déclaré que cette nomination était «surprenante et décevante» et qu'elle risquait d'éclipser le travail de l'OMS. 

Londres, Washington et Ottawa contre Mugabe

Les Etats-Unis ont alors vite emboîté le pas à Londres en qualifiant la nomination de «décevante». Washington, pour rappel, avait imposé des sanctions à Mugabe pour des violations présumées des droits de l'homme. «Quand j'ai entendu parler de la nomination de Robert Mugabe par l'OMS, franchement j'ai cru à un mauvais poisson d'avril», a déclaré, de son côté, le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Cette nomination a également été critiquée par des organisations non gouvernementales spécialisées dans la santé et la recherche scientifique ou encore dans les droits de l'homme. Hillel Neuer, directeur exécutif d'UN Watch avait qualifié le choix de l'OMS de «dégoûtant». Il a au passage noté que Mugabe lui-même s'était rendu à Singapour pour y recevoir un traitement médical trois fois cette année plutôt que dans son pays d'origine.

La Tribune