Lire nos articles en différentes langues ici

 

L'UE se dit prête à améliorer ses relations avec le Burundi, selon l'ambassadeur Delahousse

L'ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse, a été reçu mercredi soir par le président de l'Assemblée Nationale, Pascal Nyabenda, pour discuter des relations entre son pays, l'Union Européenne et le Burundi, et de la préparation d'une visite la semaine prochaine d'une délégation parlementaire de la Francophonie au Burundi.

"Notre entretien m'a permis d'évoquer différentes questions qui concernent à la fois le Burundi et la relation franco-burundaise ; c'est une question qui est bonne, une relation qui est aussi bonne que possible dans un contexte compliqué", a déclaré l'ambassadeur Delahousse à la presse après l'audience.

Il a ajouté qu'ils ont surtout discuté des moyens de rendre cette relation encore meilleure.

Concernant les relations avec l'UE qui ne sont pas pour le moment aussi bonnes que celles entre la France et le Burundi, M. Delahousse a indiqué que l'UE et ses Etats membres ont une approche commune qui consiste à vouloir les améliorer.

"Avec nos collègues de l'UE, nous avons tous une approche commune avec certes des styles différents. Mais nous avons la même approche. Elle consiste à vouloir améliorer nos relations avec le Burundi et à indiquer aux autorités burundaises et aux représentants du Burundi les circonstances, les sujets et dans certains cas, les conditions pour permettre à ces relations de devenir aussi belles que possibles", a-t-il affirmé.

Il a indiqué à ce titre que la France parle avec absolument tout le monde au Burundi et en France aussi bien avec les représentants de l'autorité burundaise qu'avec ceux de l'opposition et des autres partis.

Le président de l'Assemblée Nationale du Burundi, Pascal Nyabenda, a quant à lui fait savoir que, dans ce cadre des relations entre la France et le Burundi en général, et entre l'Assemblée Nationale Burundaise et l'Assemblée Générale de la Francophonie en particulier, ils ont parlé de la prochaine visite d'une délégation de cette dernière la semaine prochaine au Burundi.

"L'ambassadeur est parmi les personnalités qui vont nous aider à accueillir les membres de cette délégation", a souligné le Numéro 1 de la Chambre Basse du parlement burundais.

Ce sera presqu'une première car, a-t-il dit, le Burundi ne participe que comme observateur aux assises tenues par cette Assemblée Générale de la Francophonie depuis 2015 et avec l'impossibilité de se faire élire aux postes électifs de cette Assemblée Générale.

"Depuis, nous n'avons cessé de demander à l'Assemblée Générale de la Francophonie de lever ces sanctions contre l'Assemblée Nationale en indiquant aux membres que la situation qui a prévalu au Burundi en 2015 s'est nettement améliorée aujourd'hui. Nous leur avons constamment demandé de venir au Burundi pour faire eux-mêmes ce constat et c'est ce qu'ils vont faire la semaine prochaine", a déclaré Pascal Nyabenda

Agence Xinhua