Lire nos articles en différentes langues ici

 

Burundi : une ONG s'inquiète du phénomène des abandons scolaires

Le monde célèbre le 20 novembre de chaque année la Journée Internationale des Droits de l'Enfant depuis 1989, une journée pendant laquelle l'ONG locale burundaise, la Fédération Internationale des Associations engagées dans le Domaine de l'Enfance au Burundi (FENADEB), a plaidé lundi pour la rédution d'abandons scolaires dans le pays, qui sont devenus inquiétants.

"Cette Journée est arrivée au moment où les cas d'abandon scolaire et de grossesse non-désirées ne cessent d'augmenter depuis la crise de 2015 et la FENADEB interpelle le gouvernement, les parents et tout Burundais à contribuer significativement pour la réduction des cas d'abandon scolaire", a indiqué dans un communiqué de presse le président de la FENADEB, Jacques Nshimirimana.

Pour illustrer ses propos, il a fait un tableau de tels cas d'abandon scolaire pour l'année scolaire 2016-2017 dans 10 provinces sur les 18 que compte le pays où l'on compte 218.345 élèves et écoliers qui ont interrompu l'année scolaire (contre 115.193 cas en 2016).

La FENADEB a salué les efforts considérables du gouvernement du Burundi et des différents acteurs en matière de promotion et de protection des enfants et les a encouragés de redoubler d'efforts car, a dit son président, "bien du chemin reste à parcourir pour convaincre le bien-fondé de la Convention Internationale relative aux droits de l'enfant".

Pour le cas de grossesses non désirées, la FENADEB a pu recenser dans les écoles 1.690 cas pour la seule année 2016.

Ces abandons scolaires et grossesses non désirées sont essentiellem

Journal Ukuri- vol.97