Lire nos articles en différentes langues ici

Burundi : La tension monte d’un cran

Onze blessés dans une attaque à la grenade au sud de la capitale

Onze personnes ont été blessées dans une nouvelle attaque à la grenade dans la nuit de samedi à dimanche, dans la zone Musaga, quartier Ceceni, commune Muha, au sud de la capitale, selon un bilan établi par la police nationale burundaise.

«C’était vers 21 h lorsqu’un malfaiteur a lancé une grenade dans un bar, faisant onze blessés dont un cas grave », a précisé Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police, contacté par Anadolu. 

Il a ajouté qu’un suspect est déjà dans les mains de la police pour enquêtes. 

Après une période d’accalmie, cette nouvelle attaque intervient quelques jours après la sortie d’un rapport du secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, sur le Burundi. 

Inquiet, ce dernier a estimé que «la situation politique demeure tendue dans le pays», notant que «le gouvernement continue d’essayer d’obtenir une révision de la Constitution, ce qui accentue les tensions avec l’opposition». 

L’ONU a également annoncé qu’elle s’attend à 50.000 nouveaux réfugiés burundais pour l’année 2018. Ce qui portera à 430 mille, le nombre de réfugiés Burundais éparpillés dans les pays de la région, a précisé, cette semaine, l’agence onusienne en charge des réfugiés 

Un rapport vite condamné par Bujumbura qui accuse le SG de l’ONU de se mêler des affaires relevant de la souveraineté d’un Etat. Une marche-manifestation contre ce rapport mensonger selon le régime en place, a été d’ailleurs organisée samedi par le pouvoir. 

Le projet de réforme constitutionnelle, contesté par l'opposition, et qui sera soumis au vote en mai prochain, prévoit, entre autres révisions, une prolongation de la durée du mandat présidentiel qui passera de 5 à 7 ans. 

L’actuelle constitution, émanation de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation (août 2000), limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs et à 5 ans leur durée. 

Le Burundi est secoué par une grave crise politique et sécuritaire, il y a plus de deux ans, suite à la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat présidentiel jugé illégal par l’opposition, la société civile et une partie de son propre camp. 

Les violences issues des contestations contre ce mandat «illégal» ont déjà fait plus d'un millier de morts et poussé plus de 420.000 personnes à fuir le pays, selon un rapport de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (UNHCR) publié le 31 décembre 2017. 

Anadolu


Calendrier

« May 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31