Lire nos articles en différentes langues ici

COMESA: accélérer l'intégration numérique afin de booster le marché commun

Le 20ème sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement du COMESA vient de se tenir à Lusaka, capitale de la Zambie ce mercredi et jeudi 18-19 juillet sous le thème : « COMESA, vers l’intégration numérique économique»

Ce thème vient à point nommé où le COMESA se cherche toujours dans le renforcement des alliances économiques entre les pays membres par l’utilisation des nouvelles technologies d’information et de communication. Par la promotion des NTIC, le COMESA veut promouvoir la conduite des affaires et du commerce et renforcer l’intégration régionale.

L’un des enjeux de ce somment est aussi le renforcement de paix des pays membres en quête de développement durable comme le soudan du Sud, l’Ethiopie et l’Erythrée. Des l’ouverture du sommet, les efforts fournis par ces pays dans la préservation de la paix ont été largement considérés après dix ans de crise territoriale :  

« La stabilité a été effective et consommée depuis l’accord de paix signé entre les deux pays et matérialisé par l’ouverture, dans la semaine, de l’Ambassade de l’Ethiopie en Erythrée. La poignée de main entre les deux chefs d’Etats respectifs après la levée du drapeau éthiopien, fait ensemble par ces derniers au siège de l’Ambassade, constitue pour les politiciens africains un signal fort dans la volonté africaine au développement », indique le président malgache HERY RAJAONARIMAMPIANINA.

Rajaonarimampianina a également félicité vivement les Présidents Ryeck Machar et Salvakir qui sont parvenus à trouver un consensus dans le règlement du conflit au Soudan du Sud. 

« La nouvelle aube de paix et de stabilité est attribuée aux décisions que nos frères et sœurs ont prises pour résoudre certains différends anciens qui ont entravé notre volonté collective de réaliser la vision de nos pères fondateurs, à savoir un COMESA économiquement intégré, prospère et en paix avec lui-même », indique le Président Hery Rajaonarimampianina.

« Cette expérience de trouver des solutions africaines aux problèmes des africains constitue une avancée majeure pour le développement de l’Afrique », mentionne-t-il.

La première journée a été marquée par une série d’allocutions, notamment celle du Président de la Zambie, Edgar Chagwa Lungu, du Secrétaire Général sortant du COMESA, Mr. Sindiso Ngwenya, du Président de la République du Malawi, Peter Arthur Mutharika, du Président du Kenya, Uhuru Muigai Kenyatta.

 Dans son discours, le Chef de l’Etat malgache, Hery Rajaonarimampianina, aussi Président en exercice du COMESA, a présenté un bilan de la situation et des progrès du COMESA depuis le dernier sommet, à Antananarivo, en octobre 2016. Il a également encouragé le multilatéralisme à la place du repli nationaliste :

« Les leçons que nous devons tirer des tentatives d’abandonner le multilatéralisme et embrasser le nationalisme étroit, est que nous devons renforcer notre coopération en matière de commerce, d’investissement, d’infrastructure et de développement énergétique. En constatant les réalisations que nous avons accomplies jusqu’ici, nous devons rester conscients que le commerce entre nous-mêmes n’est qu’une petite fraction de nos échanges internationaux. Actuellement, notre commerce intra-COMESA s’élève à neuf milliards d’USD. En pourcentage, cela revient à environ 10% du total de nos échanges avec le reste du monde », a-t-il fait remarquer.

Dans le souci de renforcer le potentiel du COMESA, des perspectives ont été largement émises dans les discours des Chefs d’Etats et de Gouvernement présents. Ils proposent le renforcement de l’intégration africaine dans la coopération commerciale, l’investissement, l’infrastructure et l‘énergie. L’exploitation optimale des ressources propres des Africains a été aussi soulevée.  Pour y arriver, le président malgache a soulevé l’idée de création d’une Banque  Africaine du Commerce et du Développement qui sera relayée dans son travail par une structure de garantie comme une assurance des investissements.

Et dans un communiqué final publié à l'issue de ce sommet de deux jours à Lusaka, capitale de la Zambie, ce sommet a appelé les pays membres à ratifier l'accord de libre-échange signé par le COMESA, par la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) et par la Communauté pour le développement d'Afrique australe (SADC), trois blocs commerciaux du continent. Seuls l'Égypte, le Kenya et l'Ouganda ont ratifié jusqu'à présent cet accord qui nécessite 14 ratifications avant d'entrer en vigueur.

Ce sommet a également appelé les pays membres à mobiliser leurs ressources pour mettre en œuvre les projets d'infrastructure prioritaires de la région, et condamner le terrorisme sous toutes ses formes en exprimant son soutien à toutes les mesures mises en place pour lutter contre le terrorisme et l'extrémisme violent.

Signalons que le Burundi a boudé ce sommet et les raisons de son absence n’ont pas été communiquées.   Mais, nul doute que la tenue de ce sommet à Lusaka au lieu de Bujumbura, fâche toujours le pouvoir de Bujumbura. 

Steve Baragafise


Calendrier

« August 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31