Lire nos articles en différentes langues ici

L’industrie musicale locale a longtemps lutté pour trouver sa place sur le marché international en raison du manque d’exposition à la communauté mondiale et très peu d’artistes au Rwanda peuvent uniquement compter sur leur musique pour des gains financiers.

Heureusement, ils pourraient bientôt trouver une solution à la promotion de leur musique grâce à Yeyote Music, une application de streaming mobile. L’application est apparue comme une base de données pour la musique rwandaise uniquement où tous les mélomanes du monde entier pourront facilement accéder aux chansons via leurs smartphones.

L’application a été développée par Monsieur Anselme Mucunguzi et Monsieur Theophile Nsengimana, qui ont récemment terminé leurs études universitaires en codage aux États-Unis.

Les développeurs sont désireux de contribuer à la promotion et la commercialisation de la musique locale dans le monde entier et de faire un impact dans le façonnement du bien-être des artistes en les aidant à vendre leur musique.

Selon Monsieur Jean d’Amour Kwizera, responsable des relations avec les artistes de Yeyote Music au Rwanda, l’application aidera les artistes à commercialiser, promouvoir et exposer la musique rwandaise sur la scène internationale, tout comme les autres applications musicales comme Amazon et Spotify entre autres.

« L’idée était de contribuer à la promotion de la musique de nos artistes locaux afin qu’elle puisse facilement atteindre la communauté mondiale et voir comment les artistes pourraient commencer à en tirer profit. Il y a maintenant de l’espoir que les artistes locaux, s’ils fournissent un contenu musical de qualité, puissent devenir de grands artistes internationaux et gagner des marchés différents sur le marché international, avec Yeyote Music. La balle est maintenant entre leurs mains », a déclaré Monsieur Kwizera.

Avec Yeyote Music, on peut streamer, télécharger et le mode offline sera bientôt lancé. Grâce à ces moyens, les artistes pourront commencer à faire des bénéfices.

« Nous avons de la bonne musique, mais nous devons être capables de la pousser en dehors de nos frontières. Nous sommes conscients que certaines personnes à l’étranger se demandent toujours comment obtenir nos chansons locales « , a ajouté Monsieur Kwizera.

Avant le lancement officiel de l’application en janvier, les développeurs l’ont d’abord testé entre juin 2016 et fin 2017.

En seulement cinq mois après son lancement, l’application compte au moins 5000 visites quotidiennes localement et 200 000 dans le monde. Jusqu’à présent, plus de 400 artistes ont déjà accepté de travailler avec Yeyote Music et l’application devrait générer des revenus à partir de téléchargements de musique et de streaming.

La clause principale de l’accord indique que, en ce qui concerne les revenus de la musique, les deux parties, l’artiste et l’entreprise, empocheront respectivement 60 et 40% du revenu de la musique en streaming, tandis que l’artiste prendra 70% de chaque téléchargement de musique.

« Nous savons que les artistes font leur musique comme une entreprise et nous espérons que l’application peut faire des profits si tout se passe comme prévu », dit Monsieur Kwizera.

Toutes sortes de musique, laïque, traditionnelle ou gospel sont considérées sur Yeyote.

Ce qu’en disent les artistes.

Monsieur Phil Peter, une personnalité de la radio locale, suggère que les Rwandais doivent soutenir Yeyote pour que l’industrie de la musique puisse trouver ses marques sur le marché mondial.

« Je pense que notre musique devrait avoir une plate-forme connue, qui est accessible massivement et facilement avec une bonne qualité. Nous devrions donc soutenir toute plateforme, comme celle de Yeyote, qui promeut la musique rwandaise. Le reste du monde aimera notre musique si seulement nous nous unissons et soutenons nos artistes et je crois que cela peut être réalisé », a-t-il déclaré.

Monsieur Humble Jizzo, de son vrai nom, James Manzi d’Urban Boys, soutient l’initiative de l’application dans la promotion de la musique locale, mais reste incertain de la façon dont il peut bénéficier financièrement de l’application.

« Cela fait 10 ans maintenant que je suis dans l’industrie de la musique, sortant autant de hits que possible, mais je souhaite récolter gros maintenant ». Yeyote Music est une bonne innovation qui mérite d’être soutenue mais le problème reste « combien devrais-je espérer de l’entreprise pour nos chansons ? » Je dépense beaucoup d’argent en studio pour enregistrer une chanson mais après les gens font trop d’argent avec nos propriétés que nous avons créées.

« Si Yeyote Music veut travailler avec nous, quelque chose doit être claire. Ils doivent nous montrer un plan d’action clair et nous faire savoir quels sont nos avantages, comme d’autres plates-formes comme YouTube fonctionnent », a-t-il déclaré.

Monsieur Masamba Intore a également déclaré qu’il avait eu la chance de visiter le siège de YouTube et qu’on lui avait montré comment les vues de ses chansons étaient comptées et combien quelqu’un gagnait à partir d’un certain nombre de vues. Il accueille l’engagement de Yeyote mais questionne leurs efforts pour impliquer les artistes dans les discussions.

« Ce serait une bonne idée de promouvoir notre musique, mais ils (les développeurs de Yeyote Music) doivent d’abord nous approcher et discuter de la façon dont l’entreprise respectera les règles du droit d’auteur à cause de la tricherie dans notre industrie. Les gens vendent notre musique sur leurs canaux, nous n’en tirons rien et il n’y a aucun moyen de les en empêcher. Je n’ai eu aucune chance de les rencontrer mais une chose est que, si YouTube peut montrer comment vous gagnez de l’argent avec vos chansons, alors ils devraient venir nous voir et faire la même chose », a-t-il dit.

Mais Monsieur Kwizera affirme que le système de l’application est clair et est prêt à l’expliquer à quiconque souhaite savoir comment cela fonctionne.

« Les profits des artistes sur leurs chansons dépendront des ventes de leurs chansons. Le système est clair. Ils sont maintenant nos patrons et plus ils gagnent, plus nous gagnons. Nous continuerons à approcher plus d’artistes jusqu’à ce que nous atteignions nos rêves ensemble », a-t-il dit.

PanortAct

La capitale du Rwanda a abrité du 6 au 8 juin la deuxième édition du Sommet sur l’innovation en Afrique (Ais) qui a débouché sur la publication par Le Groupe de haut niveau de l’Union africaine sur les technologies émergentes (APET) de rapports qui laissent entrevoir le développement socio-économique durable du continent e façon structurelle, à travers une matrice de grands points qui sont: le contrôle et l’éradication du paludisme; l’augmentation de la productivité agricole et le renforcement de la sécurité énergétique en Afrique. Peut-on lire sur un communiqué conjoint publié par l’UA (Union africaine) et le NEPAD ( Nouveau partenariat pour le développement).

Et pour donner force à trois technologies émergentes qui ont le potentiel de bénéficier à l’Afrique ont été identifié pour accompagner le mouvement. Ce sont les mesures génétiques pour contrôler et éliminer le paludisme en Afrique ; l’utilisation de drones pour transformer l’agriculture africaine, et les micro-réseaux pour permettre l’autonomie des communautés et la transformation en Afrique.

Pendant trois jours le sommet auquel ont pris part de nombreux responsables gouvernementaux, des entreprises, des innovateurs, des investisseurs, des preneurs de décision et académiciens, ainsi que des chercheurs et des experts en politique, en sciences et en technologie a accordé la part belle aux solutions innovantes et disruptives aux principaux défis auxquels font face les pays africains.

Un communiqué publié par l’Union africaine désigne l’accès à l’énergie, l’eau, l’insécurité alimentaire, les systèmes de santé et la gouvernance comme les principaux défis auxquels font face les pays africains. (mediaterre)

(Agence Ecofin) - La pollution de l'air est responsable de près d'un million de décès prématurés, chaque année, en Afrique, selon des estimations publiées le 2 mai par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ces décès sont attribués, à la fois, à la pollution de l'air extérieur chargé en particules fines, dont les émissions proviennent largement de la combustion du charbon et du bois pour l'électricité et le chauffage, de la transformation d'énergie par l'industrie, du transport ou encore des pratiques agricoles, et à la pollution de l'air intérieur, causée par l'utilisation de combustibles et de technologies polluantes pour les fourneaux, les foyers ouverts ou les lampes.

A l’échelle mondiale, la pollution de l’air tue chaque année près de 7 millions de personnes, mais la grande majorité des victimes (90%) se trouvent dans les pays à revenus faibles ou moyens.

« Si tous les pays sont touchés, les plus pauvres et les plus marginalisés payent le prix fort », souligne le directeur général de l'agence onusienne, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Les régions d'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental enregistrent les niveaux les plus élevés de décès causés par l’air vicié, avec respectivement 2,4 et 2,2 millions de morts. Viennent ensuite l'Afrique, la région de Méditerranée orientale (environ 500 000), puis l'Europe (environ 500 000) et les Amériques (plus de 300 000).

Selon la base de données de l’OMS sur la qualité de l’air en milieu urbain, qui couvre 4300 villes dans 108 pays, 98% des villes de plus de 100 000 habitants dans les pays à revenus faibles ou moyens ne respectent pas les normes de l’organisation. En Afrique du Nord, les moyennes annuelles de pollution dépassent souvent de plus de 5 fois les limites fixées par l’OMS. Cela « représente un risque majeur pour la santé des populations », explique le Dr Maria Neira, directrice du Département Santé publique de l’OMS.

L’air pollué est un facteur de risque important pour les maladies non transmissibles. Les particules fines qui pénètrent profondément dans les poumons et le système cardiovasculaire, provoquent des maladies dangereuses comme les bronchites chroniques, les pneumonies, les cancers du poumon ou encore les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Pour les utilisateurs de l’Aéroport International de Kigali, un inconvénient commun a été le premier point de contrôle où un voyageur devait auparavant transporter des bagages hors de la voiture pour que les chiens puissent les renifler et les ramener dans la voiture.

La bonne nouvelle est qu’ils n’auront plus à passer par ce système de sécurité qui prend du temps, dans la mesure où un scanner de véhicule a été installé à l’entrée des locaux de l’aéroport.

Le nouveau scanner est capable de filtrer rapidement et efficacement les véhicules complètement chargés tels que les voitures, les camionnettes et les minibus pour détecter les menaces cachées et les matériaux illicites, dont les armes et les drogues.

L’action devrait non seulement offrir de la sécurité, mais aussi rendre l’expérience d’enregistrement plus efficace et prenant moins de temps.

Le scanner de véhicules légers de Smiths Detection est opérationnel depuis environ une semaine à l’aéroport. Le scanner est considéré comme un système d’inspection à rayons X efficace et non intrusif lorsqu’il s’agit de lutter contre le trafic d’objets illicites dans les ports, les frontières et les aéroports.

Les voyageurs fréquents ont partagé leurs sentiments au sujet du nouveau système d’inspection à l’aéroport, la plupart d’entre eux disant qu’il était attendu depuis longtemps.

Monsieur George Ndirangu, un journaliste local a déclaré à New Times que le scanner de véhicule est un coup de pouce à l’aéroport de Kigali qui est largement considéré comme « intelligent ».

« Il y a environ deux semaines, j’ai voyagé et c’était une bousculade parce que nous avions des caméras et beaucoup de bagages et nous devions les sortir pour que les chiens puissent les renifler« , a dit Monsieur Ndirangu.

Il a ajouté qu’avec le nouveau système, «il doit être plus rapide parce que la plupart des gens sont en retard ou inquiets d’être en retard. Cela va certainement faciliter le processus de vérification de sécurité et, bien sûr, étant un aéroport international et un aéroport intelligent, il n’était pas idéal que certaines choses soient encore faites manuellement. « 

En février 2017, l’aéroport international de Kigali a été classé deuxième meilleur aéroport en Afrique et meilleur en Afrique de l’Est par « Sleeping Airports » une société canadienne de voyage et d’accueil.

L’aéroport a été classé en 2014 septième meilleur en Afrique par « Skytrax », une société de conseil basée au Royaume-Uni, sur la base d’un service de qualité. Il a également été classé cinquième meilleur par un site Web d’aviation canadien en 2016.

L’aéroport a actuellement la capacité d’accueillir jusqu’à 1,5 million de passagers par an.

Un autre voyageur qui a préféré garder l’anonymat a dit que le nouveau système serait meilleur avec plus d’une voie pour faciliter le flux de circulation multiple.

« Je pense que ces scanners sont un avantage s’il y a plusieurs voies, car les voitures sont contrôlées efficacement, sans causer de retards », a-t-il déclaré.

PanorAct

Le district de Gatsibo héberge actuellement une campagne de sensibilisation incitant la population à explorer et utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) afin d’accéder elle-même aux différents services offerts en ligne surtout sur Irembo. La population rencontre cependant certains problèmes techniques et logistiques mais le ministère en charge des TIC tranquillise car le gouvernement va trouver des solutions.  

Nous sommes au bureau du district de Gatsibo. Ici, la population et les acteurs dans le domaine des TICs échangent sur les défis et les avantages de l’accès à certains services qu’on peut effectuer en ligne surtout sur Irembo.

Le ministre en charge des TICs, Jean de Dieu Rurangirwa, est venu lui-même lancer cette campagne de sensibilisation, sous le thème ‘’ byikorere  kw’irembo’’ (fais-le toi-même sur Irembo). Une campagne qui mobilise les gens à utiliser certains services en ligne comme mobi-cash, ou à accéder à certains documents en ligne (les extraits, titres fonciers…) à l’aide de leurs téléphones portables. Ce que les utilisateurs apprécient malgré une certaine crainte liée au manque de matériel.

 Pour la plupart d’entre eux, la population pourrait gagner du temps et de l’argent car les gens parcourent actuellement plusieurs kilomètres pour chercher un agent d’Irembo et paie donc  le transport.

Les habitants de Gatsibo évoquent cependant certaines contraintes d’ordre technique et financier : dans certaines localités, il y a un manque criant de connexion et certaines cellules sont dépourvues de l’électricité sans oublier que le matériel informatique et des téléphones (smartphones) de qualité font également défaut.  

Pour Théogène Nzirubanze, habitant du secteur de Gatsibo, « le Rwanda est en train de nous mobiliser à utiliser ces technologies mais il reste un effort à fournir car on déplore un manque de matériel informatique dans certaines cellules qui étaient sensées donner de bon service à sa population ».

Une idée partagée par Tuyishimire   Annociate, élève du Gabiro hight school, contente, elle aussi de cette campagne mais qui s’inquiète du manque de courant électrique et du matériel informatique dans sa cellule.

 Les mêmes problèmes sont également signalés dans le secteur de Muhura comme le témoignent certains des habitants de ce secteur.

Emmanuel Benzaho remercie par exemple le gouvernement pour les différents services qu’offre Irembo. Mais, il regrette que certains coins du secteur manquent d’ordinateurs. Et les gens sont obligés de parcourir plusieurs kilomètres pour accéder aux services en ligne.

Quant à Olivier Niyoncuti du village de Musasa, lui, utilise quand même les TICs grâce à son petit téléphone. Il n’a pas whatsapp mais a son facebook.  Son seul souci, c’est le courant électrique qui rend difficile le chargement des téléphones et la révision de ces cours.

Du côté de la cellule Bibare, c’est plutôt le manque d’antennes des compagnies de téléphonie mobile, ce qui empêche une bonne connexion pour surfer sur facebook qui a même une version en Kinyarwanda.

Le gouvernement promet des solutions

Le ministre des technologies de l’information et de la communication sait que tous ces problèmes ne manquent pas mais rassure que le gouvernement est à l’œuvre pour trouver des solutions.

« Nous allons collaborer avec d’autres ministères pour trouver le matériel nécessaire. En ce qui concerne le problème des réseaux, cette question sera résolue d’ici le mois d’octobre et on cible déjà là où il n’y a pas de couverture réseau » a-t-il indiqué.

Le ministre Rurangirwa tranquillise donc la population car les efforts se cherchent partout. Le MTN cherche par exemple à installer ces antennes partout et TIGO-AITEL ont fusionné. Ce qui est un atout pour résoudre ces problèmes de réseau.

Cette campagne’’ byikorere kw’irembo » va se poursuivre dans les 14 secteurs du district Gatsibo, grâce à deux grands autobus à bord desquels des experts en TICs vont sensibiliser la population à raisn de 2 semaines dans chaque secteur.  

Adronis Mbazumutima

 

Journal Ukuri n°151

Calendrier

« February 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      

Amasaha

Amasaha by Patricko Rwanda Novembre 2018