Lire nos articles en différentes langues ici

                                       

“Women in the Black” during the event

Last Saturday June 10th organised “Women in the Black” its 19th women’s business conference in New York, USA with the theme “I’m the boss, I’m a smart Women ---money matter in my like”

“Words cannot express how grateful how blessed I feel to have had the opportunity to share the space with such dynamic individuals at the women’s business conference: Women in the Black Conference. Both women and men believing that with commitment, knowledge and hard work realizing your dream is possible” said in the testimony one of the participant

“Women in the Black” is an entrepreneurial organization created for the purpose of educating, training and supporting women business owners. 

However, on the other side “Women in the Black” is committed to educating and equipping women with the skills and resources necessary to start, build.

The organization was created by Princess Jenkins in 1998 with one target in mind to provide support and resources to female entrepreneurs.

“We are committed to consolidate our communities through fostering the growth of women owned businesses and promoting entrepreneurial through innovative programming, extended learning and networking. Has said the founder of the organisation.

There are many barriers that prevent business owned by black women from making as much as those owned by black men. Recently a report from the international women’s business council highlights some obstacles including a lack of mentors, discrimination, and lack of adequate networks, one in particular stands out access to capital 

Mme Jenkins acknowledged that her organization is set to give women financial literacy, build legacy business, create job opportunities to build a network, support around them to increase their business survival rates; and to highlight women business owners as an untapped important source.

                                            

      The founder of "Women in the Black" Princess Jenkins and Mari Claudine Mukamabano the Founder of "Why do I Exist"

Marie Claudine MUKAMABANO a Rwandan genocide survivor and the founder of « Why do I Exist » an organization who is supporting genocide orphans in Rwanda; and also recently crowned “Miss Global Peace” by US Small Business Administration, economic development supervisory during the Committee on Commission on Statues of Women, CSW 61. The event held at the headquarters of United Nations on 22, March 2017. Also as one of the participant to the event, appreciated the great achievement from her women colleagues, for enhancing female idea and empowering them around the world.

 “Entrepreneurship is about innovating, breaking down barriers, taking risks and showing that new business models can tackle longstanding problems”. Said MUKAMABANO

Many large companies started in someone’s kitchen or backyard. A number of those companies are now major corporations giving back to communities. Individuals are also making important contributions. Collectively, these entrepreneurs are helping to advance the Millennium Development Goals. She added

Dr Tracie N.C Grant the hostess during the event and also has founded “Destiny Designers University”, a virtual life skills, leadership and professional development platform. With the heart for developing leaders and entrepreneurs. In 2016 launched a book “Action Action Despite the Distraction” where she noted that Personal Growth, Leadership and Presentation Skills; with a focus on a work readiness and an entrepreneur success curriculum.

According to the owner of “Women in the Black” organization; entrepreneurship provides freedom to explore passion while creating an opportunity to build a best-in-class Business.  As entrepreneurship grows in this in the world women of color will account for the highest growth rate of all new entrepreneurs over the next decade.  

 By Gilbert Cyiza , Source (Marie Claudine MUKAMABANO 'S Facebook, Transformational Speaker, Self Published Author; use the power of social media to standout )

                            

La Première Dame Jeannette Kagame (gauche), la ministre des sports et de la culture Uwacu Julienne (droite) pendant la publication du livre "My son, it is a long story"

En présence de la Première Dame du Rwanda, Madame Jeannette Kagame, la ministre des sports et de la Culture Julienne Uwacu, ainsi que des centaines de personnes, l’un des membres du parlement rwandais, l’Honorable Edouard Bamporiki vient de publier son livre  « My Son, It is a long story », un livre sur la lutte contre l'idéologie du génocide des Tutsis au Rwanda.

La publication de l’ouvrage a été organisée par Art for Peace Rwanda, une organisation fondée par Bamporiki, en partenariat avec la Commission nationale pour la lutte contre le Génocide (CNLG) ce dimanche le 28 Mai.

Le livre raconte soixante-sept histoires et des témoignages recueillis auprès des personnes condamnées du génocide, qui purgent leurs peines d'emprisonnement dans différents centres correctionnels du pays et douze parmi elles sont des femmes.

Lors de son allocution, le Secrétaire exécutif de CNLG, le  Dr Jean Damascene Bizimana, a indiqué que le livre était une contribution majeure à la lutte contre l'idéologie du génocide et a salué l'auteur pour avoir apporté une nouvelle perspective dans la littérature du génocide contre les Tutsis.

"Après les massacres de 1994 contre les Tutsis, nous avons publié plus de 40 ouvrages sur le génocide, y compris ceux concernant le déni du génocide. Ce livre est l'un des rares livres qui racontent les histoires réelles du point de vue des auteurs qui ont commis les atrocités », a-t-il apprécié.

"En consultant les promoteurs pour partager leurs témoignages, c’est l’une des étapes importantes franchies dans la lutte contre l'idéologie du génocide, en particulier en luttant contre ceux qui continuent le déni du génocide. Ce livre aura une grande contribution à cet égard ", a-t-il ajouté.

Le Secrétaire exécutif du CNLG a encouragé Bamporiki à traduire le livre dans plusieurs autres langues pour une plus large accessibilité, afin d'accroître les connaissances sur le génocide.

Selon Bamporiki, le livre commencé en 2010, a été écrit afin de donner des informations claires aux générations futures sur l'histoire du pays.

                              

L'auteur du livre "My son, it is a long story", l'honorable Edouard Bamporiki 

Il ajoute que la partie la plus surprenante dans le livre est le cas des femmes qui ont commis des atrocités et qui purgent leurs peines avec leurs maris.

«Je ne pensais pas que les femmes pouvaient être si brutales parce que nous savons que les femmes sont des personnes bienveillantes et leurs histoires sur leur contribution aux massacres étaient si touchantes. Le livre vise également à favoriser la guérison et les contenus arriveront aux concernés dans leur forme originale pour aider les jeunes qui n'étaient pas présents à l'époque d’apprendre davantage sur l'histoire de leur pays. Et j'espère qu'il peut encourager les Rwandais à écrire leurs propres histoires ", a confié Bamporiki.

Gilbert Cyiza/ Imburi Phare

Musa Bamba also called Moss Kiny or MK is an east African rising star gospel singer, currently living in United States. After his first two songs Urugendo (the journey) and Kijito cha Utakaso (the stream of Jesus blood) , Moss have decided to release a third song  this Monday “ back to you”  that is dedicated to his parents. Imburi Phare takes you to discover this talented young singer, Moss Kiny. Interview. 

Hi Moss Kiny, can you please first present yourself to our visitors who do not know you?

Hi Jerome. My name is Musa Bamba, but my stage name is Moss Kiny. I am 21 years old but in June I will be 22. I currently live in The United States (Texas) but I was born in Congo and raised in Tanzania. Furthermore, I am a Burundian but I represent my East African countries. I studied for audio engineering and I have worked with so many artists here in my city.

How did you come to music? 

I would say that it was a blessing from God. Singing is a habit that I started since I was around 11 and joined a choir. Though, I loved music at the earlier age and I will continue till then.

How many albums/clips have already produced?

I have not released any album yet, I only do singles. I have two videos and I am still shooting the third one and it's coming on the 15th of May this year (2017). About the album, I am still working on it and preparing it. I have so many songs that are waiting for videos and I also have few more on youtube including the recently song, Kijito cha Utakaso (Isoko).

Can you tell us more about your 2 first videos already on market?

Those two music videos I made are messages I am trying to spray out. The first video Urugendo (the journey) it's a video that symbolizes how life is tough and how the world is collapsing and the only comfort to those conflicts is Jesus.

And the second video talks about the stream of the blood of Jesus Christ, and it symbolizes me being a worldly person, showing that it doesn't matter how my appearance is or the image that I am appearing to God with is, but by his blood I was saved and given grace. 

What rhythms do you like?

I love smooth  rhythms, most of the songs I make are soft  and slow. And everyone in my town knows that I love soft music like R&B, country etc. 

Between those two clips, which one do the people like the most?

Between those two clips? I can't tell you which one was liked the most. But I think "Kijito" because is trending well than the other one. 

Do you have another profession than music and, how do you deal with them both?

Yes I do!!, I am a college student studying for a different field than music. However, I went to school for audio engineering. I have my audio engineering papers and I graduated last year in November. Furthermore, I still have one more degree to achieve that's why I am still a student.

 What are the difficulties that  you encounter in music production?

I encounter so many difficulties especially when school starts because I have to work, school, and make music. Sometimes I can get overwhelmed and stressed but it doesn't bother me because I know whatever I do, in the name of Jesus I will succeed. 

Do you work with any other artists or do you have relations with them ?

I don't really work with any other artists but one. I don't have the same taste of music with most of the artists that i know, only few in the African community here can relate to my music and would want work with me. As for relations, I have no problem with any artist, I talk to them, when we meet at a concert we talk, laugh and all that. 

Among american or burundian singers, who inspire you the most?

Among American singers almost all of the Christian singers inspires me especially "we will Not be Shaken" band, Hillsong, Jesus Culture, and Natalie Grant. I have so many inspirational when it comes to music (Shania Twain, Dan+shay etc) when it comes to Burundians or Africans,

I can't choose because I love most of them and listen their songs. So my point is anyone who' making music inspires me. It's just different level of inspirations. 

Your message to our  visitors

First let me thank God for this great opportunity and also thank those whose supporting me, and looking after me in this journey.

As a singer, I am requesting for your help and lifting by reinforcing. Listen to my songs on youTube “Moss Kiny” like my page on facebook (Moss Kiny) even on instagram (@Moss Kin) follow me and I will follow back. Let’s walk together in this voyage!

To you all, “May he give you the desire of your heart and make all your plans succeed.” (Psalm 20:4).

I wish you all the best in your lives.

Stay tune for more songs from me. Thank you!

Thank you too, dear Moss Kiny.!

By Jérôme Bigirimana

                                     

Grâce à Move With Africa, nous partons à la découverte d’un pays et d’une culture, mais aussi du travail de Caritas Rwanda dans diverses régions du pays.

Après une belle nuit à Nyatagare, nous partons avec Félix et Tharcissie, les coordinateurs
de Caritas Rwanda, vers le Nord-Est du pays. Nous nous retrouvons avec des pelles et des
pioches pour aider la communauté du district à la construction de futurs bâtiments administratifs. Et ça creuse, ça pioche sous les yeux ébahis des Rwandais déjà au travail depuis l’aurore. Après nous avoir longuement observés, ils s’amusent de nous voir si peu efficaces et décident de nous montrer comment évacuer la terre plus rapidement. Et oui ! Il ne suffit pas de creuser, il faut déplacer demanière structurée toute cette terre afin de créer des terrassements bien droits. Il fait chaud,mais rien n’arrête les élèves et leurs professeurs qui travaillent sous les encouragements et les chants mélodieux entonnés par les
Rwandais. Petite pause à l’ombre, saveurs de brochettes de chèvre, hydratation et hop !, retour au travail.On a le choix entre découvrir deux projets soutenus par Caritas. L’un consiste à apprendre la technique du “double bêchage” et l’autre à participer à la pesée mensuelle des enfants en danger demalnutrition.
Le double bêchage
Les parcelles de terre par famille étant limitées Caritas soutient et enseigne la technique du double
bêchage selon les principes de la microagriculture biointensive. Cette technique permet aux
ménages locaux qui ont l’habitude de planter souvent et en grande quantité de conserver la qualité
de leur terre. En effet, si l’on utilise la terre de manière intensive, les minéraux et microorganismes
du sol finissent par disparaître.Or, cette technique favorise l’aération, la perméabilité du sol et lui apporte des matières humifiantes. Tout cela bénéficie à la pédafaune qui fournit des nutriments importants aux systèmes racinaires. Le but est donc d’accroître la productivité d’une surface cultivée
en augmentant le volume disponible pour les systèmes racinaires et en favorisant l’activité biologique
et microbiologique du sol en profondeur. Et ce n’est pas un travail reposant. Les élèves ont longuement bêché en suivant les instructions, pour finalement semer selon un plan précis des graines de betteraves. Tout ce travail nécessite concentration et précision… pour certains ! Car deux élèves, entourés d’une vingtaine d’enfants venus les observer, se sont mis dans un coin pour entamer un jeu scout. Entre éclats de rire et chansons, l’ambiance est bel et bien au rendez-vous!
La pesée des enfants
Malgré la végétation luxuriante du Rwanda, certaines régions restent très touchées par la faim et
la malnutrition. Une fois par mois, Caritas réunit les mères du village avec leurs enfants pour contrer
ce problème. Au Rwanda, le manioc est très utilisé dans la cuisine localemais, bien qu’il soit riche en amidon et très bourratif, il apporte très peu d’autres nutriments. Le but de cette réunion est donc d’enseigner aux mères et aux enfants les différents groupes alimentaires fondamentaux pour leur bien-être. Varier les aliments, manger 3 fois par jour, surtout en bas âge, ne pas oublier de se laver les
mains avant de cuisiner, ce sont quelques rudiments importants pour une bonne alimentation.
Après cet échange, les mères sont invitées à peser leur bébé avec l’aide de nos jeunes élèves. Cette pesée permet aux parents de suivre l’évolution du poids de leurs enfants grâce à des fiches individuelles qui en retracent les variations. Des catégories permettent d’analyser si le poids est normal en fonction de l’âge et de la taille du bébé. À la fin de la journée, de la bouillie composée de sorgho, de maïs, de soja et de haricot est distribuée aux enfants. Les élèves participent à ce petit moment de dégustation, attendris par les moustaches blanches qui se dessinent rapidement sur les visages des enfants.

Cette journée se clôture par un au revoir ponctué de danses et de chants en hommage à Caritas !

La Libre Afrique

 

À l’international, l’Afrique est le deuxième continent le plus grand au monde. Cependant, sur son territoire, il existe des pays qui sont très petits en termes de superficie. Nous allons voir dans cet article, quels sont les 10 pays les plus petits d’Afrique, en commençant par le plus grand d’entre eux.

10. Le Burundi

Situé dans la partie centrale de l’Afrique, le Burundi est à la dixième place de cette liste. Le pays mesure en tout 27 830 km² et partage sa frontière avec le Rwanda, la Tanzanie, ainsi que la République Démocratique du Congo. En plus d’être l’un des pays les plus petits du continent africain, le Burundi est aussi l’un des plus pauvres au monde. En effet, le revenu par personne et par an dans le pays est seulement de 818 dollars en moyenne, avec un taux de 80 % de la population qui vit sous le seuil de la pauvreté.
Côté emploi, 90% de la population burundaise vit de l’agriculture et seulement 2 % ont accès aux services de télécommunication ainsi qu’aux offres bancaires.

Concernant l’environnement, le Burundi possède un espace couvert de forêt mesurant 600 km ². Toutefois, avec l’agriculture sauvage, la majeure partie de cet espace est défrichée et est rasée ou incendiée pour pratiquer la culture sur brulis. Pour ce qui est de la vie de la population locale, en 2016, les burundais étaient considérés comme les gens les moins heureux au monde, loin derrière la Norvège, qui prend la tête. Ce constat est dû à ces quelques critères :

  • une situation de pauvreté extrême qui sévit dans le pays,
  • des cas de corruption non maîtrisés et écrasant pour l’économie burundaise,
  • des services de santé et d’éducation très faibles,
  • une situation de famine généralisée.

9. Le Rwanda

Tout juste à côté du Burundi en termes de géographie et dans ce classement, on a le Rwanda. Le Rwanda est à la neuvième position et est aussi le pays le plus enclavé d’Afrique. Malgré sa superficie de 26 798 km², le Rwanda compte plus de 11 millions d’habitants soit plus de 410 habitants au km².
Avec cette densité, le territoire Rwandais fait partie d’un des pays le plus densément peuplés en Afrique et dans le monde.

Niveau historique, les rwandais ont subi une terrible guerre civile qui a décimé plus de 800 000 personnes en seulement 100 jours, en 1994. Durant cette période, 20 % de la population locale a été tuée et 70 % de l’ethnie tutsie. Cette guerre a aussi engendré 2 millions de réfugiés dont la plupart sont de l’ethnie Hutus.

Si aujourd’hui, le pays fait encore partie des pays les plus pauvres au monde, il a su tourner la page sur cette guerre qui l’a ravagée. Le Rwanda essaie également de se relever en termes économiques grâce à ses atouts touristiques.

8. Djibouti

Avec ses 23 200 km² de superficie, Djibouti est à la huitième place de notre liste. C’est un pays situé au niveau de la zone appelée « Corne de l’Afrique » juste à côté du golfe d’Aden et de la mer Rouge. Il partage ses frontières avec l’Érythrée, l’Éthiopie et la Somalie.

Djibouti compte actuellement plus de 850 000 habitants dont la plupart sont des musulmans. Dans ce pays, on parle principalement deux langues officielles : le français et l’arabe.

Concernant son économie, c’est un pays qui ne produit pas beaucoup en termes d’agriculture, étant donné le niveau de température très élevé localement, alors que le taux de précipitation et de pluviométrie annuelle sont très faibles. De ce fait, l’agriculture ne constitue que 3% du PIB local si le service en constitue les 80 %. Toujours côté économie, Djibouti fait partie de ces pays qui ont une croissance économique annuelle toujours positive. En effet, le pays accuse une croissance de 5 à 6 % par an et sa population vit avec un revenu moyen annuel de 3351 dollars. Malgré tout, Djibouti est encore loin de faire partie des pays émergents.

7. Le Swaziland

À  la septième place, on retrouve la Swaziland. C’est un pays qui ne mesure que 17 364 km² et qui se trouve dans la partie australe du continent. Il a comme voisin de frontière l’Afrique du Sud et le Mozambique, et longe le canal du Mozambique ainsi que l’Océan Indien.

Le Swaziland fait partie de ces pays où l’on trouve encore un régime politique de monarchie absolue qui est  dirigée par le roi, Ngwenyama Nswati III. Il compte aujourd’hui plus de 1 119 000 habitants vivant avec moins de 10 000 dollars de revenu par an et par personne.

Concernant l’économie du pays, le Swaziland vit principalement du secteur tertiaire, mais aussi de la transformation de matière première, de l’agriculture et de l’exploitation minière. Ce dernier constitue les 13 % du PIB local.

Malgré tout, le Swaziland a un triste record étant donné qu’il fait partie des pays les plus touchés par l’épidémie du VIH/SIDA. En effet, 25% de la population locale de plus de 18 ans est touchée par ce fléau. Heureusement, depuis quelques années, la propagation de la maladie semble s’être stabilisée et plus de 2/3 de la population fait l’objet de soins avec des médicaments antirétroviraux.

6. La Gambie

La Gambie a une superficie de 10 380 km² et se trouve à la sixième place de ce classement. Le pays se situe dans la partie nord-ouest du continent et touche l’océan Atlantique. Il partage ses frontières avec le Sénégal. Au dernier recensement, la Gambie comptait 1 900 000 habitants. Ces derniers qui vivent largement en-dessous du seuil de pauvreté. Il est également classé comme l’un des pays les plus pauvres du continent africain et dans le monde.

Le pays se démarque par son histoire. En effet, la Gambie a été dirigée par un seul président sur une période de 23 ans. Il s’agit de Yahya Jammeh. Ce dernier qui sera remplacé par Adama Barrow en 2017 après une élection dont il a refusé le résultat. Jammeh sera alors, expulsé et contraint à l’exil par la force militaire du CEDEAO. Avec l’arrivée au pouvoir du nouveau président Adama Barrow, les gambiens espèrent également un redressement de sa situation économique.

5. Le Cap-Vert

À la cinquième place, on a le Cap-Vert. Il entre dans  le top 5 de ce classement avec seulement 4 033 km² de superficie. Malgré que le Cap- Vert soit l’un des plus petits pays africains, c’est la plus grande nation insulaire du continent.

Le territoire a été une colonie portugaise dans le temps et a obtenu son indépendance en 1975. Le Cap-Vert compte aujourd’hui quelque 525 000 habitants et vit dans une situation démocratique assez stable depuis les années 90. En termes d’économie, c’est aussi l’un des pays africains qui accusent l’une des croissances les plus significatives par an. Cela, même si les Cap-Verdiens manquent de ressources naturelles. Néanmoins, sa forte croissance économique lui a permis d’être classée parmi les pays en développement au lieu de la catégorie, sous-développée. Cette considération lui vient de l’ONU en 2007.

Le Cap-Vert fait aussi l’objet d’un grand intérêt pour les investisseurs étrangers en raison de sa stabilité politique et économique. De ce fait, on y investit pour la transformation et l’utilisation des énergies renouvelables. En 2011, le pays a même réussi à produire et à utiliser 30 % d’énergie provenant d’un grand parc éolienne pour subvenir aux besoins de sa population. Ce qui en fait l’un des pays qui utilisent le plus d’énergie renouvelable au monde.

4. Les Comores

Les Comores est un archipel qui se situe entre l’île de Madagascar et le Mozambique. Le pays compte actuellement, 800 000 habitants répartis sur une superficie de 2 235 km². Les Comores font également partie des pays les plus pauvres en Afrique et dans le monde. En effet, plus de 50 % de sa population vit avec moins de 1.25 dollar par jour.

La situation aux Comores est marquée par sa grande instabilité politique. En effet, depuis 1975, le pays est en proie à plusieurs tentatives de coup d’État (20 tentatives jusqu’ici).

La population locale vit principalement de l’agriculture avec 80 % des habitants qui œuvrent dans ce secteur. Cela, malgré une superficie de terres exploitables qui est très faible.

3. L’île Maurice

L’île Maurice monte sur le podium avec ses 2 040 km² de superficie. C’est aussi une nation insulaire que l’on recense sur le continent africain. Elle est située en plein cœur de l’Océan indien à 1000 km à l’est de Madagascar et à 2000 km des côtes africaines.

L’île Maurice est composée de plusieurs petites îles et compte en tout, 1 350 000 habitants. Elle fait partie des pays les plus riches d’Afrique avec une population qui vit grâce à un revenu moyen de 18 728 dollars par habitant par an.

L’île a su faire développer son économie à travers l’industrie touristique. Cette activité qui lui a permis de combler le fossé causé par son manque de ressources naturelles. Avec son gouvernement stable, c’est aussi un pays très apprécié par les investisseurs étrangers.

2. Sao Tomé-et-Principe

À la seconde place, on retrouve l’une des plus petite île au monde, Sao Tomé-et-Principe. Avec ses 964 km², elle est la plus petite île du continent. Le pays se trouve à 140 km au nord-est de Sao-Tomé et fait aussi partie des nations insulaires du continent. Aujourd’hui, les îles de Sao Tomé-et-Principe comptent 190 000 habitants. Ces derniers qui parlent principalement le portugais et qui vivent la plupart du temps, dans la grande ville de Sao Tomé.

Actuellement, le pays est en train de se faire connaitre par sa richesse en ressource pétrolière. Une richesse que son gouvernement tente d’exploiter en partenariat avec le Nigéria. Ce dernier qui a entrepris d’acheter les droits d’exportation de cette ressource pour 123 millions de dollars

1. Les Seychelles

Les Seychelles sont à la première place des pays les plus petits du continent africain avec ses 451 km². Ce pays est un archipel composé de 115 petites îles se trouvant à 1 500 km des côtes de l’Afrique de l’est. En termes économique, c’est un pays qui a le PIB le plus élevé en Afrique pour seulement 92 000 habitants. Malgré tout, on constate que la répartition des richesses n’est pas encore équitable dans le pays malgré un apport considérable de l’industrie du tourisme dans son économie. En effet, 30 % de la population active travaille dans ce secteur.

Afrique times

Calendrier

« June 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30