Lire nos articles en différentes langues ici

Gaz : l’Egypte autosuffisante dès 2020 ?

Le Gouvernement égyptien a décidé d’investir 26 milliards de dollars dans le gaz et le raffinage pétrolier. L’investissement est ciblé sur un programme de développement de 12 projets gaziers et pétroliers devant permettre à l’Egypte d’atteindre l'autosuffisance en gaz dès 2020.

L'Egypte autosuffisante en gaz en 2020 ? C'est en tout cas ce que veulent croire les autorités du Caire qui ont décidé d'investir une vingtaine de milliards de dollars dans le secteur des hydrocarbures pour la mise en œuvre d'un programme de développement de 12 projets de production de gaz et de construction de huit raffineries pétrolières.

Dans une interview accordée au quotidien local, Daily News Egypt, le ministre égyptien en charge de l'Energie, Tarek El Molla, a affirmé que son gouvernement va mettre en place, dans les quatre années à venir, un programme de développement de champs de gaz naturel et la construction de raffineries de pétrole pour un coût global de 26 milliards de dollars.

D'une capacité de raffinage de 840.000 barils de pétrole par jour, selon les estimations de la compagnie pétrolière Britannique, BP, le pays des pharaons qui extrait son or noir dans le Golf de Suez et le long de ses rives, ne participerait qu'à hauteur de 0,8% dans la production mondiale de pétrole et 1,3% pour le gaz. Un paradoxe dans un pays riche en gaz de près de 95 millions habitants.

Redevenir exportateur de gaz

Pour corriger cette lacune, ce pays de l'Afrique du nord dont la production de gaz naturel a connu une dégradation forte (41 Mds m³ mi-2016), mise sur son potentiel gazier. Si le rythme de la production gazière égyptienne a timidement repris depuis, jusqu'à atteindre en mars 2017 prés de 46 Mds m³, Le Caire vise encore plus loin. En 2019, la production gazière du pays devrait fortement progresser et dès 2020, le pays qui exportait du gaz vers la Syrie et la Jordanie, il y a encore quelques années, devrait redevenir exportatrice et un acteur majeur du gaz naturel de qualité commerciale (GNL), dans la région, notamment avec l'entrée en exploitation du champ de Zohr, qui fait partie des trois projets qui devraient satisfaire à 100% la demande domestique égyptienne, dans les quatre années à venir, une fois à pleine puissance.

Selon le membre du gouvernement égyptien, les domaines gaziers du Zohr, de North Alexandria et de Nooros sont parmi les projets les plus importants qui augmenteront de 50% la production nationale courant 2018 et contribueront à l'autosuffisance en gaz de l'Egypte.

LT