Lire nos articles en différentes langues ici

Ituri: le bureau de l’assemblée provinciale accusé d’étouffer la motion contre le gouverneur

Lors d’un point de presse organisé mardi 30 mai à Bunia, le député provincial Pierre Claver Bedidjo a dénoncé les «manœuvres dilatoires » organisées par les membres du bureau de l’assemblée provinciale tendant à étouffer sa motion de défiance contre le gouverneur de l’Ituri, Jefferson Abdallah Pene Mbaka. De son côté, le président de cet organe délibérant parle d’une mauvaise interprétation de sa démarche.

Pierre Claver Bedidjo, élu du MLC, a accusé les membres du bureau de l’assemblée provinciale de tenir des plénières à huis-clos avec le gouvernement provincial en discutant du contenu de la motion. Les mêmes inquiétudes ont été exprimées par des mouvements citoyens œuvrant à Bunia.

Déjà le samedi dernier, les membres du bureau de l’assemblée provinciale ont débuté avec une série de rencontres avec les députés provinciaux dans une séance plénière à huis-clos.

Le lundi, ce sont les présidents des différentes commissions parlementaires élargies aux ministres provinciaux qui ont emboité les pas.

A travers un message téléphonique, tous les députés provinciaux ont été conviés à une autre séance de travail toujours à huis-clos à l’hémicycle, où le gouverneur de province et son vice ont pris part, selon des sources parlementaires. Mais seulement treize des vingt-six députés provinciaux ont répondu à l’appel.

Pierre Claver Bedidjo dénonce cette démarche qu’il qualifie de «manœuvre dilatoire» pour étouffer la motion de défiance.

En réaction, le président de l’organe délibérant de l’Ituri, Udaga Djozoo, indique que ces rencontres visent à restituer aux officiels et à toutes les couches de la population l’objet de sa mission effectuée dernièrement à Kinshasa.

Il assure que la motion de défiance suit son cours normal. «Lundi [5 juin], cette motion sera examinée», a-t-il annoncé.

Cette motion, signée par six députés provinciaux, avait été déposée le 11 mai au bureau de l’assemblée provinciale. Les signataires reprochent à Pene Mbaka plusieurs griefs, dont la mauvaise gestion des recettes dues à la province et le détournement de la rétrocession envoyée par le pouvoir central.

RO


Revivez le festival Amani 2016 en 2 min