Lire nos articles en différentes langues ici

Rwanda : quand le coltan attire Canadiens et Australiens

Des multinationales du Canada et d’Australie exploiteront bientôt le coltan dont regorge le sol du Rwanda. Un atout de plus pour l‘économie rwandaise déjà florissante.

L’annonce a été faite le 09 novembre par le directeur général de l’Office national des Mines et du Pétrole (ONMP). Selon Francis Gatare, deux entreprises du Canada et d’Australie ont entamé des discussions avec le Rwanda afin d’exploiter le Coltan. Ce métal qui permet de produire le nobium et le tantalum, eux-mêmes utilisés dans la fabrication des produits électroniques comme les téléphones portables et les ordinateurs.

D’après des sources proches, ces deux pays bien que gros producteurs de coltan avec le Brésil (80%) sont attirés par des conditions géologiques rwandaises favorables, car le sol rwandais n’est pas si dur pour nécessiter le recours à l’explosif qui est très prohibitif.

Dans un contexte où la demande en produits électroniques augmente au jour le jour dans le monde, l’exploitation du coltan rwandais se présente déjà comme une potentialité pour une économie rwandaise en plein essor grâce surtout au secteur tertiaire (tourisme par exemple) très florissant.

Ainsi avec l’exploitation de son coltan, le pays entend atteindre les recettes de ½ milliard de dollars américains et créer plus de 600 mille emplois dans cinq ans.

africanews.com

Selon l’enquête Finscope 2016 publiée lundi dans la capitale rwandaise, Kigali, au moins 86% ou environ 5,1 millions d’adultes rwandais épargnent.

Selon cette enquête publiée lors du lancement de la semaine de l’épargne 2017, l’épargne dans les institutions formelles s’élève actuellement à 49%, soit une augmentation de 13% par rapport à 36% en 2012.

L’adoption de l’épargne formelle a été attribuée à l’épargne dans les systèmes d’épargne et de crédit localement appelés Umacenge SACCO qui se situent à 27% et les économies d’argent mobile à 17%.

S’exprimant lors du lancement de la semaine de l’épargne, le ministre rwandais des Finances, Claver Gatete, a déclaré que le gouvernement cherche à augmenter le taux d’épargne de 10,2% à 20% du produit intérieur de croissance (PIB) d’ici 2020. Il a souligné l’importance de l’épargne dans le pays, citant des exemples de pays développés qui, selon lui, ont un taux d’épargne plus élevé.

La semaine de l’épargne se déroulera jusqu’au 31 octobre, avec la présentation de nouveaux produits d’épargne par les institutions financières et d’autres groupes promoteurs d’épargne.

Le gouvernement rwandais mobilise l’épargne via le Fonds Iterambere lancé en 2015 pour promouvoir l’inclusion financière ciblant principalement les personnes ayant peu de moyens. Actuellement, le fonds avec plus de 2.000 épargnants a accumulé environ 1.651.020 dollars américains, selon le directeur général du Rwanda National Investment Trust.

PanorAct

Economie : Le retour du courant électrique, une vraie bouffée d’air pour le commerce.nu

Cela faisait longtemps que Bujumbura n’avait pas con cela. Disposer du courant électrique durant toute une journée était devenu un luxe, un privilège offert à un certains quartier de la capitale. Une situation qui n’arrangeait pas le quotidien de nombreux commerçants  pour qui l’électricité était un outil indispensable. Le retour de celui-ci depuis la fin septembre a un impact très positif sur l’activité commercial de nombreuses personnes. Elles en témoignent.

« C’était devenu  difficile de tenir le salon ouvert toute la journée à cause du manque d’électricité. Et ce, même si l’on utilisait des batteries pour travailler. Maintenant avec le retour de l’électricité, je ne ferme plus. Je peux charger ma batterie et en cas de coupure, je l’utilise en attendant le rétablissement du courant. Ce qui d’habitude ne dure pas très longtemps »,nous dit Arsène, coiffeur.

Faire fonctionner une activité commerciale qui nécessite du courant électrique en permanence lorsque celui-ci se fait rare est un sacré challenge pour les commerçants. Le retour du courant électrique vient enlever une épine du pied de nombreuses personnes. C’est le cas d’Arsène, propriétaire de salon de coiffure à Kinanira, son activité économique vit les retombés de ce retour de l’électricité. Des retombés positifs qui ont un impact direct sur ses revenus.

« Pouvoir offrir à ces clients de la boissons froide à tout moment de la journée est l’un des points forts de mon travail. Quand on n’avait pas de courant, c’était difficile. La plus part du temps on avait que de la boisson chaude et certains clients préféraient ne rien boire. Ce qui n’arrangeait pas nos affaires. Des fois, faute de client je pouvais fermer tout un après-midi et rouvrir le soir lorsque le courant sera rétabli pour avoir de la boisson plus ou moins froide à offrir à mes clients. Aujourd’hui le problème ne se pose plus. J’ai constamment de la boisson froide et ça ne peut qu’arranger mes affaires. Vivement que cela dure », nous dit un propriétaire de kiosque dans le quartier asiatique.

Si le manque d’électricité a souvent pesé sur le quotidien de nombreux commerçant en ralentissant le rythme de leur travail, il a également apporté une charge supplémentaire en solution alternative pour certaines activités qui ne pouvait se passer de courant électrique. C’est le cas des bureautiques, boucherie, imprimerie, cyber café qui pour maintenir leurs activités devaient avoir recours à des groupes électrogènes ce qui portait un coup sur les finances.

Avec le retour de l’électricité, ce coût se voit aujourd’hui réduit. Une bouffée d’oxygène pour les propriétaires de secrétariat public et autres cyber café et de manière générale à tous ceux qui tiennent des commerces et qui sont heureux de pouvoir avoir de manière assez permanente de l’électricité. Pour la majorité de ces commerçants un seul souhait les anime : ils espèrent tous que cela ne soit pas un écran de fumé.

 

Moïse MAZYAMBO

EAC : Vers une utilisation plus conséquente du textile de la sous-région

Alors que la grande partie du coton de l’EAC est exportée vers l’étranger (85% de la production), l’EABC souhaiterait que la balance soit équilibrée et que cette production  profite à l’industrie du textile et de la mode dans la sous-région. Une question qui sera étudiée lors de la 2ème conférence et exposition sur le commerce et l’entrepreneuriat en Afrique de l’Est, prévue du 14 au 16 novembre 2017 à Dar es-Salaam en Tanzanie

Avec seulement 15% de sa production disponible dans la sous-région, l’industrie du coton de l’EAC peine à être compétitive. Un faible rendement influencé par les politiques des producteurs qui sont plus tourné vers l’exportation de cette matière première vers les pays étrangers. Une balance équilibrée entre importation et exportation permettrait d’alimenter le marché est-africain du textile qui disposerait d’une base en matière première traité localement et abordable.

Pour Mme Lilian Awija, directrice exécutive de l’EABC, l’ajout de valeur dans l’industrie du coton et du textile en accessoires esthétiques innovants, en design d’intérieur et en mode peut créer plus d’opportunités d’emploi dans la CAE.

A l’occasion de la 2ème conférence et exposition sur le commerce et l’entrepreneuriat en Afrique de l’Est, qui se tiendra du 14 au 16 novembre 2017 à Dar es-Salaam, l’EABC compte mettre en place une plate-forme permettant de créer des synergies et des liens entre les industries locales du coton et du textile avec les fournisseurs locaux et les créateurs de mode afin de proposer un plan d’action décrivant les politiques et modalités pour promouvoir la performance, la productivité et la qualité du secteur.

Le but sera donc de créer un marché du textile compétitif porté par le secteur de la mode qui connait depuis quelques années une exposition mondiale.

 

Moïse MAZYAMBO (Akeza)

                                  

Proparco et FMO ont investi 30 millions d’euros à parts égales dans la Banque Populaire du Rwanda (BPR). Le montant accordé sous forme de prêt a été arrangé par l’institution française. Filiale du fonds Atlas Mara, la Banque Populaire du Rwanda, active dans l’accompagnement des PME, est la deuxième établissement bancaire du pays en termes de dépôts.

La cérémonie de signature du prêt est intervenu le 14 octobre à Washington en marge des assemblées générales du FMI et de la Banque Mondiale. Les échanges de documents ont été paraphés par d’une part Gregory Clemente, CEO de Proparco et son homologue Linda Broekhuizen du FMO. D’autre part, Atlas Mara était représenté par Sanjeev Anand, directeur général de la branche banque.

Financial Afrik

Revivez le festival Amani 2016 en 2 min